Comment bien s’équiper pour le vélotaf ? En finir avec les imprévus après une longue et éprouvante journée de travail, c’est faire face aux éléments avec une tenue cycliste adaptée pour la saison, des accessoires dédiés aux effets personnels et des indispensables pour la sécurité. Petit tour d’horizon de l’équipement nécessaire pour le vélotaf !

LA SÉCURITÉ N’EST PAS UNE OPTION : LE CASQUE

DÉCOUVRIR LES CASQUES
HJC_calido_mt_light_grey_beige

Bien que le port du casque ne soit pas obligatoire pour circuler à vélo (sauf pour les enfants de moins de 12 ans et les « Speedbike »), il est très fortement conseillé ! Les trajets de vélotaf se conjuguent effectivement souvent avec une circulation dense, des conditions urbaines délicates et des sources de danger permanent.

Au-delà de l’aspect sécuritaire, le casque est un accessoire à la mode qui représente votre style et impose votre personnalité. Certains proposent également des accessoires directement intégrés (visières ou éclairages) qui transforment cette protection en véritable pièce high-tech ! Il serait bien dommage de s’en passer…

Avant tout achat d’un casque, il est indispensable de vérifier que la protection respecte les normes obligatoires de sécurité requises par l’Union Européenne (CE EN1078+A1). À défaut, la norme américaine – US CPSC 1203 – est également gage de très haute qualité et répond à des mesures strictes tout en proposant une finition de coque supérieure qui garantit l’intégrité physique de l’utilisateur.

Pour le reste, le choix dépend de ses goûts, de son budget et de son style. D’une façon générale, le cycliste régulier favorisera des casques à coque ronde faisant le bon compromis entre confort et ventilation au détriment de l’aérodynamisme.

Un système de réglage occipital pratique et adapté sera aussi apprécié tout comme les casques dotés d’aspects sécuritaires supplémentaires comme ceux avec la technologie MIPS (plus grande diffusion de la force en cas de chocs obliques).

Notre astuce pour choisir

Un casque non adapté à la morphologie du cycliste est inutile. Alors, pour bien choisir la taille de sa protection, il convient de prendre la mesure de son tour de tête, du front en passant par l’arrière du crâne et de comparer les valeurs (en cm) avec les guides de tailles proposés par les fabricants.

À titre purement indicatif (les tailles diffèrent selon les constructeurs) : un casque S correspond généralement à un tour de tête de 50-54cm – un casque taille M à un tour de tête de 55 à 58cm – un casque taille L à un tour de tête de 59 à 62cm. Un casque pour enfant correspond à un tour de tête compris entre 46 et 50cm.

POUR ALLER PLUS LOIN

Certains accessoires de sécurité sont obligatoires pour la pratique du vélo : des feux de position adaptés, des catadioptres et une sonnette dont l’avertisseur sonore doit être entendu à au moins 50 mètres. Si vous circulez de nuit hors agglomération, un gilet jaune réfléchissant est lui aussi imposé.

CHOISIR SON CASQUE

COMMENT BIEN CHOISIR SA VESTE DE PLUIE POUR LE VÉLOTAF ?

VÊTEMENTS DU CYCLISTE
veste_pluie-vélotaf

27 juillet ou 15 janvier : un « vrai » vélotaffeur défie le temps et la météo. Pour sortir vainqueur(e) dans son combat contre les aléas climatiques, une tenue adaptée est de mise pour passer des moments agréables et éviter quelques déconvenues. La veste imperméable est pour cela une pièce essentielle à emporter partout, toute la saison, afin d’affronter les changements soudains de météo et les variations de températures. Très compacte mais relativement peu respirante, elle joue parfaitement son rôle isolant et intègre parfois une capuche pour limiter le ruissellement de l’eau sur le visage.

Choisir une veste de pluie c’est donc avant tout opter pour un tissu technique qui fait le bon compromis entre imperméabilité et ventilation. Pour limiter les risques de suffocation, on préféra une coupe ample dotée d’un dos allongé sur l’arrière qui viendra contrer les projections éventuelles d’eau de la roue arrière. Il serait effectivement dommage de salir son beau haut blanc tout neuf ! Aussi, les couleurs vives telles que le jaune fluo, orange ou le rouge seront à privilégier pour améliorer sa visibilité. Si toutefois vous craquez pour une veste plus sobre, veillez à vérifier qu’elle dispose d’inserts réfléchissants qui aideront à vous rendre plus visible à la mi-saison et en hiver.

Notre astuce pour choisir

Une veste de pluie trouvera sa place dans chaque garde-robe cycliste. Pour bien choisir ce produit clé, nous vous conseillons d’analyser vos trajets par temps maussades : si vous êtes habitué(e) des longs périples sous l’eau, une veste dotée d’une haute imperméabilité est à privilégier. En revanche, si vous ne roulez que par intermittence sous des pluies fines, une veste ou un gilet avec traitement déperlant DWR sera suffisant pour vous préserver de l’humidité.

BON À SAVOIR

Le poncho de pluie est un accessoire imperméable qui peut s’avérer plus décisif que la veste pour passer entre les gouttes. Son avantage majeur est simple : sa grande longueur recouvre les jambes et isole le bas du corps pour des prestations impeccables en cas de grosses averses !

CHOISIR SA VESTE DE PLUIE

ARMEZ-VOUS DE SACOCHES !

DÉCOUVRIR LA BAGAGERIE
sacoches_vélotaf

Effectuer le trajet domicile-travail nécessite un minimum d’effets personnels à emporter avec soi. Alors, pour simplifier au maximum les trajets et vous délester de ce sac à dos qui use vos lombaires, de nombreuses solutions existent. Sacs ou sacs à bandoulière, paniers ou sacoches, style urbain ou taille XXL, les solutions de transport changeront votre vie de travailleur actif et définiront clairement votre style cycliste.

Pour ceux qui disposent de porte-bagages, des sacoches et paniers seront à privilégier : en se fixant solidement et facilement sur le train arrière (ou avant) de la machine, ils offrent un équilibre plus approprié en termes de poids et sont taillés pour des chargements XXL. En fonction des limites de charge préconisées, on pourra emporter jusqu’à 20 kgs sur l’arrière et 10 kgs à l’avant. Cette solution s’avérera très pratique pour faire un détour par l’épicerie après une journée de travail.

Pour des voyages légers, les sacoches de selle ou sacoches de cadre seront suffisantes pour emporter l’essentiel comme un portefeuille, des clés ou un petit appareil électronique. Avec une capacité moyenne comprise entre 0,5 et 3 litres, ce type d’équipement opte pour le pratique et le passe-partout.

Pour les adeptes du style urbain, les Messenger Bag ou les sacoches à bandoulières joueront le rôle d’accessoires de mode très pratiques pour aller travailler et défier la rue. Disposant d’un compartiment pour ordinateur jusqu’à 15 pouces, de nombreux sacs réinventent la mobilité en étant étanche, très robustes et dotés d’un maintien irréprochable. C’est l’une des solutions préférées des coursiers new-yorkais !

Notre astuce pour choisir

L’un des critères principaux dans le choix de la sacoche est le tissu utilisé. De nombreux bagages proposent désormais des matières très résistantes et anti-abrasives qui augmentent drastiquement la durabilité générale. Le nylon s’adapte par exemple parfaitement à l’utilisation intensive dans toutes les conditions tout comme les revêtements en polyuréthane (PU). Aussi, l’indice d’imperméabilité est judicieux à prendre en compte : la norme IPX4 garantit notamment une étanchéité maximale même par forte pluie.

POUR ALLER PLUS LOIN

L’un des critères principaux dans le choix de la sacoche est le tissu utilisé. De nombreux bagages proposent désormais des matières très résistantes et anti-abrasives qui augmentent drastiquement la durabilité générale. Le nylon s’adapte par exemple parfaitement à l’utilisation intensive dans toutes les conditions tout comme les revêtements en polyuréthane (PU).

Aussi, l’indice d’imperméabilité est judicieux à prendre en compte : la norme IPX4 garantit notamment une étanchéité maximale même par forte pluie.

CHOISIR SA BAGAGERIE

Consultez nos autres conseils sur le sujet